Je suis lesbienne et j’ai le LezDar

A la suite de ce billet,  j’ai trouvé utile de revenir sur LA différence fondamentale entre une drague hétérosexuelle et une drague homosexuelle. J’ai nommé le bien mystérieux et insaisissable GayDar. Heu…LezDar pour les L.

Les occidentaux le définissent comme le mot-valise forme de Gay et radar dont se servent les LGBTIQ pour se deviner l’orientation d’un individu.Chez nous, le LezDar sert d’abord et surtout à mesurer la probable ouverture d’esprit d’une fille. Si elle est « free », tous les autres sont susceptibles d’être franchis. sinon, bienvenue à #InfernoDragueLand. Le camerounais Roger Mbede, de regrettée mémoire a perdu la vie a cause d’un sms.

Il est pratiquement impossible de détecter si une fille « broute du gazon » de prime abord, Yossi mis à part, surtout pour nous qui aimons « brouter » en dehors de la bergerie. Il faut savoir capter les détails qui font toute la différence. Car le LezDar, c’est un ensemble de détails que ne peuvent compiler qu’un œil observateur ET averti. La vraie drague lesbienne, c’est pas sur internet. D’ailleurs,on est encore a 2G. Nooon! Chez nous, c’est en direct ça se passe et c’est parcours de combattant on fait.

gaydar-by-margonaut
gaydar-by-margonaut

Phase I : A l’abordage

L’on croise une fille dans la rue. Qu’est-ce qui nous incite à l’aborder ?

1. Son regard

C’est LE détail le plus important a observer chez une fille. C‘est par lui que passe le feeling, ce truc qui te met à l’aise et t‘incite a l’action. Il est insistant, perçant, espiègle, vicieux ? Long, inquisiteur? Est-il accompagné d’un sourire? Passez a l’indice 2. Sinon, changez de cible.

2. Son accoutrement

De quoi est-elle vêtue? Comment ses vêtements sont-ils agencés ? Quel est le détail insolite qui capte de suite votre attention (il y en a toujours)? Il faut également regarder à ses chaussures. Bottines, baskets, spartiates (c’est LA chaussure lesbienne de l’heure dans certains pays de mon continent), All-Stars, mocassins coupe homme, sandales mixtes sont a classer dans les classiques.

3. Son allure : Quel sentiment général vous inspire-t’elle ? Me vois-je entrain de l’embrasser ? De partager des moments intimes avec elle ? Il y a toujours ce je ne sais quoi qui se dégage d’une lesbienne (quel que soit son accoutrement) absent chez une fille «normale». Dans le « milieu » on dit qu' »elle a du Chien»

Normalement, après cette phase, on a une idée plus ou moins floue des tendances de la gente dame. En tout cas, c’est ce qui me décide souvent a m’avancer avec mon sourire le plus sexy et serein et sortir la première excuse qui me passe par la tête afin d’obtenir son numéro de téléphone. La laisser l’écrire est un moyen pour moi de poursuivre mon exploration.

4. Ses ongles : Courts ou longs ? Naturels ou artificiels? Les lesbiennes les ont généralement courts et propres. Et quand bien même ils seraient longs, ce sera le fait de dame nature. Rares sont celles qui font usage des rallonges.

5. Son parfum : On a beau ne pas s’y connaître, il est facile de distinguer les effluves masculines des les effluves féminines. Celui d’une gouine chez moi, a défaut d’être mixte tendra forcement vers le masculin.

6.Des signes particuliers: Tatouages discrets (main, épaule,cou, derrière le lobe),piercings (généralement sur la langue),bagues en argent (portées soit sur le pouce, l’index, le majeur ou lauriculaire selon des combinaisons choisies), montre (plutôt masculine ou mixte). Le port ou non des bijoux sont fonction de tout un chacun.

Phase 2 : Les détails personnels

Ça y est. Le numéro est dans le téléphone. Mais je ne suis toujours pas convaincue. Il faut la jouer très soft.

7. Les appels : Répond-t’elle a tous mes appels ? Me rappelle lorsqu’elle trouve mon appel en absence? Prend-t’elle l’initiative de m’appeler? Répond-t’elle toujours a mes messages ? Avonsnous un monologue ou une conversation ? Prend-t’elle du temps pour me parler à tête reposée? Aborde-t’elle des sujets privés avec moi?    

8.Sa culture LBGT : On profite de la moindre ouverture pour placer le sujet « homosexualité ». Quel est son point de vue sur la question ? Le reste des questions s’enchaînent au ressenti. Avec tact intelligence.

Les impatientes et les novices se font presque toujours prendre a cette étape.  Une fois lancées, elles y vont comme un TGV. Et forcement, la réaction de la fille est rarement différente de celle-ci: « Pourquoi tu me pose ces questions ? Tu es lesbienne ? » Et l’idiote de répondre : « Oui ». Ne JAMAIS répondre a cette question par l’affirmative. Jamais! Tu trouves une parade du genre « noooon ! C’est le sujet de mon exposé et j’essaie de réunir des informations) » sans plus de détails et tu te sors du piège. Tu n’as pas suffisamment d’informations sur elle pour contrer un plainte pour harcèlement ou homosexualité.

9. Sur le net

A l’ère d’internet et des réseaux sociaux, il est difficile de ne pas prendre cet aspect en compte. Après le numéro de téléphone (WhatsApp e préférence) nos profils sur les réseaux sociaux sont ceux que l’on s’échange le plus. 

facebook-gaydar
facebook-gaydar

Facebook : qui figure dans sa liste d’amis? Quelles sont les pages qu’elle a liké? Quels centres d’intérêts avons-nous en commun ? On peut pas afficher les groupes secrets. Difficile pour vous de le savoir. Une fille qui aime Yagg, suis QAYN et a regardé «The Lword», …Rarement le fait du hasard.

Twitter et les autres réseaux ou la réciprocité n’est pas de mise :  Il faut regarder a ses following (les comptes qu’elle suit). Prêter attention à ses like, favoris, RT et débats auxquels elle prend part.

Les derniers points sont vérifiés lors des fréquentations régulières. S’ils sont à mettre à son actif, c’est encore mieux. Ça voudra dire : « Je veux savoir si entre il peut y avoir une histoire».

10. Ses choix vestimentaires : Assez difficile de se prononcer dessus. Les réalités sont différentes. Cependant, si une fille arrive soignée a votre premier « rendez-vous » (genre sur son 31), je peux vous dire que ce n’est pas une pote qu’elle est venue rencontrer.

11. Ses tics : Ses mains sont dans les poches ou ils ont tendance a venir vers toi ? Est-elle crue dans ses mots ou fait-elle preuve de retenue ?Ses gestes sont-ils maladroits? Aime-t’elle t’écouter parler ? Est-elle attentionnée? Si elle est entreprenante, alors la, tous les signaux sont au verts. FONCEZ!

TRLWGaydar_afterellen
TRLWGaydar_afterellen

PS :

1. Ce n’est pas parce qu‘une fille remplit les critères qu‘elle avouera son homosexualité ou cédera aux avances. Une drague moche et maladroite le demeure, que tu sois gay ou hétéro.

2. perso, je me fie à un ou deux signes et le reste, je le joue au feeling. Une femme, avec ou a son insu est susceptible d’etre « convertie » Tout l’art reside dans la technique d’approche. Avec certaines,il faut y aller droit au but. Avec d’autres, patience et perseverance sont de mise.

3. Je décline ma responsabilité sur le regard suspect que vous pourriez être amenés a porter a vos compagnes et amies (pour les hétéros) car ces signes la,ils trompent rarement.

Published by

RectoVerso

RectoVerso

Le blog d'une femme noire, africaine et lesbienne. Les "titres" changent notre perception d'autrui. Donc permettez moi de rester anonyme. #LGBT #HumanRights

3 réflexions au sujet de « Je suis lesbienne et j’ai le LezDar »

  1. Huhu toi,

    Ravie de te lire de nouveau et bonne année à toi (pas en trop en retard je l espère).

    En gros je retiens que c’est une question de feeling, Timing et d’observation.

    En plus j’aime le billet et le style.

    Bon weekend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *