Je suis lesbienne et je fais l’amour

« Comment font-elles l’amour puisqu’elles n’ont pas pénis ? » Cette question revient souvent lorsqu’il m’arrive de partager mon point de vue avec mes pair(e)s sur l’acte sexuel lesbien. Et comme je leur dis souvent, la pénétration n’est pas l’apanage des hétérosexuels. D’ailleurs, il a été prouvé que la pénétration ne fait pas forcément jouir les femmes.

Les lesbiennes ne font pas l’amour de manière aussi grotesque et froide comme le montrent les sites érotiques.

Depuis que « La vie d’Adèle » a débarqué sur les écrans en 2013, tout le monde s’auto-proclamme expert de la sexualité des lesbienne. Et pourtant, là aussi, il se sont gourrés. Les positions et les pratiques dans l’acte sexuel lesbien ne s’enchainent pas ainsi. On ne saute pas d’une pratique à l’autre sans transition. Et certainement pas au cours du même acte. Ce serait affronter le Kilimandjaro sans une sacrée préparation.

Non. La femme est mystère. L’acte sexuel lesbien est une vraie chasse au trésor faite de patience et de décryptage des ondulations du bassin de la partenaire. S’il repose sur une diversité de pratiques, il est d’abord et avant tout l’expression TOTALE des sens, une écoute de l’autre mais aussi et surtout, fonction des sentiments éprouvés, du moment/lieu de la survenue du désir et du degré d’excitation. Puisque je ne peux vous le faire vivre, je vais néanmoins vous citer les pratiques courantes; car si les habitudes diffèrent d’un continent à l’autre, les pratiques démeurent les mêmes. Et les pratiques sexuelles des gouines, chaque hétéro l’a déjà expérimenté au moins une fois, juste en passant, comme d’habitude, sans en explorer la profondeur ni mesurer sa puissance. Continue reading Je suis lesbienne et je fais l’amour